ChineEconomieEuropeUSA

Déclin du dollar et montée en puissance des BRICS

L’économie mondiale traverse actuellement une période de changements majeurs et d’incertitude. L’un des principaux enjeux qui se profile à l’horizon est la dédollarisation probable, en grande partie due aux erreurs stratégiques répétées des États-Unis et de l’Occident. Ces erreurs incluent des actions telles que le soutien à l’Ukraine contre la Russie, le gel des avoirs et l’imposition de sanctions économiques contre la Russie, qui ont en réalité porté préjudice à l’Union européenne. Ces choix ont poussé les pays alliés à la Russie (tels que les BRICS et d’autres nations) à se coaliser contre l’Occident en créant leur propre monnaie d’échange. En conséquence, cela a entraîné un affaiblissement de la position dominante du dollar américain sur la scène internationale et a ouvert la voie à la montée en puissance d’autres devises, telles que le yuan chinois.

L’hégémonie du dollar et les tentatives de remplacement

La domination du dollar américain sur la scène internationale a perduré pendant des décennies, malgré les nombreuses annonces de sa chute imminente. Les crises économiques successives n’ont pas réussi à ébranler sa position de monnaie de référence mondiale. Au cours des années, d’autres devises, telles que le yen japonais et l’euro, ont tenté de rivaliser avec le dollar. Cependant, ces tentatives n’ont pas eu de succès durable et le dollar est resté l’étalon de la finance mondiale.

L’émergence du yen japonais dans les années 1980 a suscité l’espoir d’une alternative au dollar, mais une série d’erreurs économiques a plongé le Japon dans une crise de déflation qui a duré plus de deux décennies. Quant à l’euro, sa création en 1999 a été perçue comme une monnaie unique européenne capable de concurrencer le dollar. Malheureusement, le billet vert a su garder sa place dominante dans les transactions internationales et les réserves de change.

Lire aussi  Commission européenne : COVID-19, se préparer pour l'automne et l'hiver 2022

Aujourd’hui, le dollar représente encore 50% des transactions internationales et entre 60% et 65% des réserves de change mondiales.

La montée en puissance de la Chine et du yuan

La Chine connaît une croissance économique fulgurante depuis les années 1980, et son poids dans le PIB mondial ne cesse d’augmenter. Aujourd’hui, la Chine est la deuxième plus grande économie mondiale, et le yuan chinois est le seul concurrent potentiel du dollar américain. Deux événements récents ont ouvert une brèche dans l’hégémonie du dollar : la facturation de produits en yuans par la Russie, l’Inde, et certains pays européens, et l’Arabie Saoudite devenant “partenaire de dialogue” de l’Organisation de Coopération de Shanghai, ouvrant la voie à des paiements du pétrole saoudien en yuans.

La montée en puissance de la Chine est également visible dans le commerce international, où elle enregistre des excédents commerciaux records malgré la pandémie de Covid-19 et l’augmentation des coûts de transport.

L’effondrement économique des pays du G7 face aux BRICS

La montée en puissance des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) a conduit à une rivalité économique avec les pays du G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Canada et Italie). Les économies avancées du G7 montrent des signes d’effondrement économique face à la croissance impressionnante des BRICS, résultant de la libéralisation, l’urbanisation, l’investissement dans les infrastructures et l’éducation, ainsi que l’exploitation des ressources naturelles.

Les pays du G7 connaissent une stagnation économique, un vieillissement de la population, un fardeau croissant de la dette publique, et une instabilité politique due, en partie, à des choix stratégiques controversés, tels que les sanctions contre la Russie. Leur compétitivité s’est érodée face à la concurrence accrue des BRICS, qui développent des secteurs de pointe comme la technologie, l’énergie verte et les infrastructures.

Lire aussi  Les propos controversés de R.F. Kennedy Jr. sur l'origine du COVID-19

L’effondrement économique des pays du G7 a des conséquences majeures sur leur prospérité, leur influence politique et leur pouvoir géopolitique. Les inégalités socio-économiques se creusent et les tensions politiques et sociales s’accentuent. Les politiques protectionnistes et unilatérales adoptées par certains pays du G7 exacerbent ces problèmes et les isolent sur la scène internationale.

Les enjeux et conséquences d’un possible déclin du dollar

Les autorités chinoises sont conscientes des risques associés à une devise trop forte, comme cela s’est produit avec le yen japonais dans les années 1980. De plus, avec d’importantes réserves de change en dollars, une baisse trop marquée du dollar aurait un impact négatif sur la valorisation des actifs chinois. Pour le moment, la Chine et les États-Unis ont tout intérêt à maintenir le statu quo.

Cependant, si la Chine parvient à renforcer suffisamment son économie pour supporter une devise forte, elle pourrait ouvrir ses marchés financiers, laisser le yuan s’apprécier massivement et imposer le yuan comme devise internationale de référence. Cette transition pourrait provoquer une récession dramatique pour les États-Unis et le monde occidental.

En conclusion, l’économie mondiale est en pleine mutation, avec une dédollarisation probable et la montée en puissance des devises concurrentes, telles que le yuan chinois. Cette évolution est en grande partie due aux erreurs stratégiques commises par les États-Unis et l’Occident, qui ont affaibli leur position dominante sur la scène internationale. Les pays du G7 font face à un effondrement économique relatif, tandis que les BRICS continuent de gagner en influence et en puissance économique.

Laisser un commentaire