Facebook aurait du mal à respecter les lois sur la confidentialité 

Les ingénieurs de la confidentialité de Facebook avertissent que l’entreprise aurait du mal à respecter les lois sur la confidentialité car elle n’a en grande partie aucune idée de la façon dont son système utilise les données qu’elle collecte.

Alors que les régulateurs mondiaux commencent à sévir contre la manière dont les entreprises collectent et gèrent les données des utilisateurs, beaucoup se demandent maintenant comment opérer dans le cadre de politiques plus restrictives. Facebook, cependant, aura beaucoup plus de mal que la plupart. Il s’avère que l’entreprise ne peut pas réellement dire d’où proviennent les données de ses utilisateurs ni où elles sont stockées.

Un document interne divulgué , vu par Engadget , fait la lumière sur la situation .

Les ingénieurs de la confidentialité de Facebook ont ​​écrit que l’entreprise n’avait aucun moyen réel de suivre les données qu’elle collecte. Au lieu de cela, les systèmes de « frontière ouverte » de la plate-forme de médias sociaux collectent et consolident les données des utilisateurs à partir d’un large éventail de sources propriétaires et tierces.

Une fois les données consolidées, il n’y a aucun moyen de savoir si elles proviennent explicitement ou non de Facebook. Le rapport poursuit en expliquant comment cela rendrait presque impossible l’engagement de changements de politique.

« Nous n’avons pas un niveau adéquat de contrôle et d’explicabilité sur la façon dont nos systèmes utilisent les données, et nous ne pouvons donc pas apporter en toute confiance des changements de politique contrôlés ou des engagements externes tels que » nous n’utiliserons pas les données X à des fins Y.  » Et pourtant, c’est exactement ce que les régulateurs attendent de nous, augmentant notre risque d’erreurs et de fausses déclarations. »

L’équipe de confidentialité de l’entreprise a soumis un plan pour annoter les données avec Purpose Policy Framework (PPF) – c’est-à-dire les marquer comme étant créées sur Facebook – pour garder une trace des données de première partie.

Pour ce faire, l’entreprise devra canaliser « des dizaines de milliers » de points d’ingestion de données incontrôlés vers un « point d’étranglement ». Une fois dans le point d’étranglement, les données seront annotées avec la politique PPF, permettant à Facebook de suivre avec précision les données des utilisateurs dont il serait responsable.

En août, Facebook a annoncé qu’il se tournerait vers une technologie « renforçant la confidentialité » pour créer des publicités ciblées. Apparemment, la société travaillait à la création d’un système qui diffuse des publicités personnalisées sans avoir besoin de données sur les utilisateurs individuels.

Laisser un commentaire