Scandale Macronie : les images de vidéosurveillance du stade de France n’ont pas été réclamées par la Justice !

Les autorités françaises n’ont pas saisi les images de vidéosurveillance du Stade de France qui auraient pu justifier des affirmations « fantaisistes » que les fans de Liverpool détenaient 40 000 faux billets lors de la finale de la Ligue des champions à Paris du 28 mai 2022 et que les violences et les vols avaient été perpétrées par eux.

Les images de vidéosurveillance qui auraient pu justifier – ou saper – l’affirmation controversée des autorités françaises selon laquelle 30 à 40 000 supporters de Liverpool sont descendus lors de la finale de la Ligue des champions à Paris avec de faux billets, ont été supprimées ! Elles auraient pu d’ailleurs démontrer quelles étaient les personnes qui avaient volé et violenté les supporters et avec quel degré de violence elles les avaient faites !

Selon Valeurs Actuelles, « il n’y avait aucun ressortissant anglais, ni espagnol, parmi les premières gardes à vue auxquelles les policiers ont procédé le jour même. En revanche, on retrouve 18 algériens, 2 tunisiens et 2 marocains » ! A cela s’ajoute d’autres de nationalité française qui provenaient majoritairement des quartiers environnants.

Erwan Le Prévost, directeur des relations institutionnelles de la Fédération française de football, a déclaré à la chaîne : « Les images sont disponibles pendant sept jours. Elles sont alors automatiquement détruites ensuite. Malgré une enquête indépendante réclamée par la Fédération Française de Football et une plainte déposée par l’Angleterre, la justice française n’a pas jugé bon de réclamer les images de vidéosurveillance du fiasco qui s’est déroulé au stade de France le 28 mai dernier.

Erwan Le Prévost disait ce jour au Sénat que les vidéos étaient « extrêmement violentes ».

« Je me suis peut-être trompé », a déclaré Didier Lallement, préfet de Police de Paris, lors de l’audition parlementaire d’aujourd’hui à Paris, ajoutant: « C’était évidemment un échec parce que des gens ont été bousculés et attaqués, même si nous avions le devoir de les protéger. C’est aussi un échec car l’image du pays est ébranlée. »

Il a admis également avoir estimé le chiffre de 40 000 faux billets à partir des retours qu’il a reçus de ses officiers et responsables des transports. Ce nombre n’avait « aucune vertu scientifique », mais était basé sur sa perception !

Lallement a continué d’insister sur le fait qu’il y avait « beaucoup plus de personnes » que le stade ne pouvait en contenir et a affirmé que des milliers de personnes laissées à l’extérieur avec de faux billets n’étaient « pas en vue des caméras de vidéosurveillance ».

On comprend mieux pourquoi la justice a oublié de se saisir des images de vidéosurveillances car elles auraient vraisemblablement contredites la version de Didier Lallement et le « Saint déni » de la Macronie, en particulier de la part de Gérald Darmanin, d’Amélie Oudea-Castera et d’Emmanuel Macron.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait été vivement critiqué pour avoir colporté des affirmations « fantaisistes » selon lesquelles 70 % de tous les billets vendus pour le match entre Liverpool et le Real Madrid, étaient faux.

Ronan Evain, responsable de l’association Football Supporters Europe qui était présent au match, a rapidement rejeté les affirmations selon lesquelles jusqu’à 40 000 faux billets étaient en circulation et les a qualifiées de « complètement fantaisistes ». Les observateurs de la FSE avaient remarqué la vente de faux billets, a-t-il déclaré, mais ont qualifié le problème de « marginal » et de rien d’extraordinaire pour une grande finale.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron habitué à faire honte au peuple français depuis cinq ans et qui est la risée internationale, vient d’ajouter un fait supplémentaire et unique dans l’histoire des finales de football.

La France doit-elle alors organiser les JO avec un gouvernement aussi défaillant ?

Mots-clés : scandale, vidéosurveillance, Stade de France, Gérald Darmanin, Macronie

Laisser un commentaire