InternationalUkraine

Corruption en Ukraine : les efforts anti-corruption sont-ils sérieux ?

Alors que les pays de l’UE livrent au pays le plus corrompu d’Europe pour 1,5 milliards d’euros par mois d’armement, les autorités ukrainiennes ont commencé à effectuer des perquisitions ciblant des politiciens, des fonctionnaires et des oligarques pour malversations et corruptions. Certaines personnes ont été licenciées, d’autres sont soupçonnées de corruption. Mais ces efforts anti-corruption sont-ils sérieux ?

Ce mardi a été pour le moins mouvementé pour le président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy. Après une série de scandales de corruption, une dizaine de fonctionnaires et de membres du gouvernement ont été démis de leurs fonctions ou ont démissionné. Parmi eux figurent le procureur général adjoint, Oleskiy Symonenko, le ministre adjoint chargé du Développement des communautés et des territoires, Ivan Lukerya, ainsi que les gouverneurs des régions de Dnipropetrovsk, Zaporijjia, Kiev, Soumy et Kherson.

Détournement présumé d’un milliard de dollars par l’oligarque ukrainien Ihor Kolomoiskiy

Le Service de sécurité ukrainien (SBU) a annoncé qu’il avait perquisitionné la maison de l’oligarque Ihor Kolomoiskiy dans le cadre du détournement de 40 milliards de hryvnia ukrainiennes (soit environ 980 millions d’euros ou 1 milliard de dollars !) par l’ancienne direction de la plus grande compagnie pétrolière ukrainienne. Le producteur de gaz, Ukrnafta, et opérateur de pipeline Ukrtransnafta. Kolomoiskiy détenait des actions dans les deux entreprises alors partiellement détenues par l’État, qui ont été entièrement nationalisées l’année dernière en vertu de la loi martiale ukrainienne.

Ancien ministres ukrainiens soupçonnés de corruption

Le Bureau d’enquête d’État ukrainien (DBR) a également annoncé qu’un ancien ministre de l’énergie et de l’industrie du charbon était également soupçonné de corruption. Les médias ukrainiens rapportent que le suspect est Ihor Nasalyk. Il est accusé d’avoir signé des contrats avantageux pour des entreprises associées à l’oligarque ukrainien Dmytro Firtash , qui vit en Autriche depuis des années. Les transactions prétendument louches auraient coûté à l’Ukraine 1,5 milliard de hryvnia (soit environ 35 millions d’euros / 37 millions de dollars).

Lire aussi  Rapport Marco Polo sur le contenu de l'ordinateur de Hunter Biden

Au-delà de cela, le SBU et le DBR ont fouillé la résidence d’un ancien ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov. Il a déjà reconnu que la perquisition était liée à l’accident d’hélicoptère à Brovary (banlieue de Kiev), dans lequel 10 personnes – dont le ministre de l’Intérieur Denys Monastyrsky – ont été tuées. Les autorités étaient particulièrement intéressées par les accords d’achat conclus avec le ministère de l’Intérieur pour les hélicoptères Airbus portant le numéro de modèle H225.

Les médias ont également fait état de perquisitions dans des locaux liés à des représentants d’entreprises de construction basées à Kyiv qui étaient réglementées par un homme politique ukrainien qui était membre du parti pro-russe désormais interdit Opposition Platform — For Life. Dans le même temps, la DBR a également effectué des perquisitions au ministère des Finances de Kyiv. Les responsables ont déclaré qu’ils avaient également découvert des stratagèmes valant des millions.

Hauts fonctionnaires ukrainiens faisant l’objet d’une enquête

Les perquisitions ont également ciblé d’anciens employés du ministère ukrainien de la Défense. Le parquet général a également annoncé qu’un ancien chef de service au ministère est soupçonné d’avoir détourné des sommes d’argent particulièrement importantes, en plus d’autres malversations.

Un ancien vice-ministre de la Défense est également soupçonné d’activités illégales. Il est accusé d’entraver le travail des forces armées ukrainiennes et d’autres corps militaires à des moments critiques. Les enquêteurs affirment que le suspect a mis tout son poids dans la signature de contrats prévoyant la livraison de nourriture à l’armée à des prix gonflés et l’achat de gilets pare-balles, de casques, d’uniformes et d’autres articles de qualité inférieure.

Lire aussi  Effondrement de l'économie européenne accentué par les sanctions contre la Russie

Pendant que les enquêteurs procédaient à des perquisitions, le gouvernement a licencié presque tous les hauts responsables du service national des douanes d’Ukraine et de plusieurs autres organismes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a exprimé sa satisfaction à l’égard des enquêtes dans un discours national. Il a souligné que “dans certains domaines, la légalité ne peut être assurée que lorsque la mise en œuvre des changements institutionnels s’effectue en même temps que les changements de leadership”. Une déclaration qui ne manque pas d’ironie de la part d’un corrompu avéré comme Volodymyr Zelenskyy ! Voir “Le conflit avec la Russie ne doit pas faire oublier que le président ukrainien est cité dans les Pandora Papers

Les efforts de lutte contre la corruption ukrainienne sont-ils sérieux ?

Volodymyr Fesenko, politologue et directeur du Penta Center for Applied Political Studies, pense que s’engager dans une lutte très médiatisée contre la corruption permet au président Zelenskyy de faire d’une pierre deux coups.

“Cela a été l’une des plus grandes manifestations dans la lutte contre la corruption. Ce n’est pas un hasard si cela a eu lieu juste avant le sommet de l’UE à Kiev en février. Les résultats tangibles des efforts de lutte contre la corruption sont l’un des critères d’intégration de l’Ukraine à l’Europe” dit Fesenko.

Il estime que la campagne anti-corruption de Zelenskyy permet également au président d’apaiser le désir généralisé du public de voir les fonctionnaires corrompus être punis.

Qui effectue les recherches ?

Fesenko recommande de porter un regard critique sur les organisations qui ont effectué les recherches. Ils comprennent le SBU, le DBR et le Bureau de la sécurité économique – ce dernier relevant du procureur général. “Ces institutions travaillent toutes activement avec le bureau du président, même si le Bureau national de lutte contre la corruption (NABU) et le Bureau du procureur spécialisé dans la lutte contre la corruption (SAPO) sont plus indépendants et devraient également jouer un rôle actif dans les affaires de corruption”, a déclaré Fasenko. .

Lire aussi  La Hongrie de nouveau épinglée par la Commission européenne

Oleksandr Lemenov, directeur de l’organisation anti-corruption ukrainienne State Watch, estime que les perquisitions visent à démontrer que la corruption est effectivement combattue et prise au sérieux. Cependant, Lemenov ne croit pas que les affaires mèneront à des condamnations.

Efforts anti-corruption feints ?

Mykola Khavroniuk du groupe de réflexion ukrainien Center for Political and Legal Reforms pense que c’est un bon signe que des perquisitions soient menées et que des personnes fassent l’objet d’enquêtes pour actes répréhensibles. “Afin d’enquêter efficacement, les autorités doivent collecter des preuves d’activités illégales sur une longue période, tout en documentant tout. Il est impossible de faire tout cela en une seule journée, avant un sommet, par exemple”, insiste Khavroniuk. .  

Puisque la survie de l’Ukraine est en jeu dans la guerre avec la Russie, Khavroniuk soutient que ce serait une décision imprudente et même dangereuse de la part des dirigeants ukrainiens de risquer de saper la confiance de la communauté internationale en organisant de faux efforts de lutte contre la corruption. Khavroniuk espère que le président Zelenskyy ne s’engagera pas dans une telle entreprise.

Laisser un commentaire