Le gouvernement a encore menti concernant le « Passe sanitaire »

Habitué par les multiples mensonges du gouvernement Macron, l’exécutif viole éhontément la loi, notamment sur l’application du « Passe sanitaire ».

Le Conseil d’Etat a été saisi le 14 juillet 2021 d’un projet de loi relatif à l’adaptation des outils de gestion de la crise sanitaire. Le 19 juillet il l’a validé en mettant certaines conditions concernant son application. A l’article 13 de l’extrait des délibérations entérinées le 19 juillet 2021 par l’Assemblée Nationale, il est clairement indiqué :

Le « passe sanitaire » n’a pas pour objectif à inciter les personnes concernées à se faire vacciner !

Le Conseil d’Etat souligne ainsi que l’application du « passe sanitaire » à chacune des activités pour lesquelles il est envisagé de l’appliquer doit être justifiée par l’intérêt spécifique de la mesure pour limiter la propagation de l’épidémie, au vu des critères mentionnés précédemment et non par un objectif qui consisterait à inciter les personnes concernées à se faire vacciner.

Assemblée nationale

Outre le fait que ce « Passe sanitaire » montre de plus en plus son inefficacité, on constate que le gouvernement Macron, habitués par ses multiples hésitations et mensonges, n’avait pas pour objectif de l’utiliser à des fins utiles, mais bien pour des objectifs cachés. Comme celui de nous inciter à nous faire vacciner.

Le gouvernement Macron ne mettra jamais l’obligation vaccinale

Une grande majorité de la population oublie que les « pseudos » vaccins ARNm ne disposent toujours pas de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) définitive. Ce sera au mieux fin 2022, début 2023. C’est une première ! On vaccine pour la première fois des milliards de personnes sans aucune autorisation de mise sur le marché définitive ! Du jamais vu !

Pour faire un parallèle avec ce scandale, c’est comme si vous achetiez un véhicule neuf qui n’aurait pas passé le « crash test » .

C’est la raison pour laquelle le gouvernement Macron ne mettra pas d’obligation vaccinale tant que l’AMM ne sera pas déclarée définitive. C’est aussi pour cela que chaque vacciné doit signer une clause de non responsabilité du laboratoire en cas d’effet secondaire incapacitant ou mortel.

Pire, dans le contrat signé entre l’Union européenne et le laboratoire Pfizer/BioNTech (groupe pharmaceutique multi condamné pour charlatanisme notamment) , figure la clause suivante :

Chaque État membre participant devra indemniser et dégager de toute responsabilité le laboratoire, ses filiales, sous-traitants, partenaires sous franchise, ainsi que ses dirigeants, directeurs, employés et autres agents et représentants de chacune de ces entités, en cas de plainte d’un tiers, relative aux dommages et préjudices, tels que définis par l’Article I.12.2, qui surviendrait lors de l’utilisation ou du déploiement des vaccins sur le territoire de l’État membre en question.

Article I.12.1 du contrat signé en le laboratoire Pfizer/BioNTech et l’Union Européenne

Vous l’aurez compris, et on s’en doutait, tant le gouvernement Macron a menti depuis qu’il est en place, que le « passe sanitaire » n’était en fait qu’un moyen pour inciter la population à se faire vacciner.

Laisser un commentaire