InternationalTop actualitésUSA

Les propos controversés de R.F. Kennedy Jr. sur l’origine du COVID-19

Robert F. Kennedy Jr., candidat démocrate à la présidence, a secoué le monde politique cette semaine lors d’un dîner de presse à l’Upper East Side. Dans ses remarques, il a avancé des théories controversées concernant le COVID-19, suggérant que le virus pourrait être une arme biologique ethniquement ciblée.

Les Affirmations de Robert F. Kennedy Jr

Au cours de la soirée bien arrosée à Tony’s Di Napoli sur East 63d Street, Kennedy a suggéré que le COVID-19 pourrait avoir été conçu pour épargner spécifiquement les Juifs ashkénazes et le peuple chinois, et pour cibler de manière disproportionnée les Caucasiens et les Noirs. Il a allégué que des études existantes montraient des différences raciales ou ethniques dans l’impact du virus, mais n’a fourni aucune preuve concrète à l’appui de ces affirmations.

Controverse et Critiques

La suggestion de Kennedy a rencontré une opposition généralisée. Le Dr Monica Gandhi, professeur de médecine à l’Université de Californie à San Francisco, a réfuté ses affirmations, indiquant qu’il n’y avait aucune preuve de conception ou de bioterrorisme spécifique. Plusieurs organisations juives ont également condamné les commentaires de Kennedy, dénonçant leur nature antisémite. Morton Klein, président de l’Organisation sioniste d’Amérique, a qualifié les remarques de “folles” et “sans fondement”.

Les Liens avec Louis Farrakhan

L’histoire de Kennedy a été davantage compliquée par ses liens passés avec Louis Farrakhan, le chef de la Nation of Islam, connu pour ses points de vue antisémites. En 2020, Kennedy a rencontré les dirigeants de NOI à Los Angeles et leur a dit que le vaccin COVID avait été « génétiquement modifié pour attaquer les garçons noirs et latinos ».

Lire aussi  WikiLeaks : le procès de l'ancien codeur de la CIA, débute ce mardi

Les Réponses de la Campagne

En dépit des controverses, la campagne de Kennedy a continué de progresser, attirant des éléments mécontents de la droite et de la gauche à la recherche d’une alternative aux candidats traditionnels. Malgré les critiques, certains sondages ont montré qu’il recueillait 20% de soutien parmi les électeurs primaires. Suite à la controverse, Kennedy a qualifié les rapports sur l’événement d'”erronés”, affirmant qu’il n’y avait pas eu d’enregistrement de l’événement.

Conclusion

Les déclarations controversées de Kennedy et les réactions qu’elles ont suscitées soulignent les défis auxquels les responsables politiques sont confrontés lorsqu’ils s’engagent dans des débats autour de la pandémie de COVID-19. Alors que Kennedy continue sa campagne, il reste à voir comment ces affirmations affecteront son soutien public à long terme.

Source : New York Post

Image par www.presse.online

Laisser un commentaire