Technologie

Bard, le chatbot de Google, tente de rattraper son retard

Après le succès fulgurant de ChatGPT et l’arrivée de Claude par Anthropic, Google sort péniblement son propre chatbot avec Bard. Annoncé en fanfare en février 2023, Bard peine à convaincre face à ses concurrents. Mais avec sa nouvelle mise à jour majeure, Google espère bien rattraper son retard.

Disponible désormais dans plus de 40 langues, Bard s’ouvre à de nouveaux marchés et devient accessible au plus grand nombre. Surtout, il s’enrichit de fonctionnalités inédites pour améliorer l’expérience utilisateur.

Des conversations plus naturelles

L’une des principales nouveautés est la possibilité d’écouter les réponses de Bard, et non plus seulement de les lire. Cette fonctionnalité de synthèse vocale permet d’interagir de manière plus naturelle avec l’assistant virtuel, comme dans une véritable conversation. Outre la vérification de la prononciation, l’option audio est très utile pour écouter de la poésie, relire un texte à voix haute ou vérifier l’intonation d’un discours.

Autre avancée dans le sens d’échanges plus naturels : la personnalisation du style des réponses avec 5 modes au choix (simple, long, court, professionnel ou informel). On peut par exemple demander à Bard de rédiger une annonce courte et dans un style décontracté.

Des conversations persistantes avec Bard

Il est désormais possible d’épingler et de renommer les conversations pour y revenir facilement plus tard. Très pratique pour retrouver une idée ou reprendre un échange là où on l’avait laissé.

Les conversations récentes sont également toujours accessibles dans une barre latérale. De quoi gagner en efficacité en conservant le fil de ses requêtes dans le temps.

Lire aussi  Dall-e : l'intelligence artificielle qui révolutionne l'art pictural

Un assistant de productivité

Bard se rapproche des outils de productivité de la suite Google Workspace avec des options d’exportation vers Google Docs et Google Sheets. Les réponses textuelles peuvent être transférées vers Docs d’un simple clic. Les tableaux générés par Bard sont exportables vers Sheets pour les retravailler.

L’intégration de Google Lens ouvre également des perspectives intéressantes. On peut désormais inclure des images dans ses requêtes textuelles. Bard analysera alors l’image pour contextualiser et enrichir sa réponse.

Bard, un chatbot encore limité

Malgré ces nouvelles fonctionnalités prometteuses, Bard souffre encore de limitations par rapport à ChatGPT. Son niveau de langage reste basique, avec des réponses souvent approximatives ou carrément fausses. Son usage se limite pour l’instant à des requêtes simples et factuelles.

Sa plus grande force réside dans son intégration aux autres services Google comme la recherche, les docs ou les images. Mais comme chatbot conversationnel, Bard aura encore fort à faire pour rivaliser avec ChatGPT. Sa capacité à stimuler la créativité et l’imagination n’est pas encore au rendez-vous.

Google mise sur le perfectionnement constant de son assistant IA, grâce aux retours des utilisateurs, pour l’améliorer rapidement. D’ici quelques mois, Bard pourrait devenir un compagnon conversationnel incontournable.

Laisser un commentaire