La Macronie finit par avouer que les renforts des pompiers étrangers ne sont pas forcément vaccinés !

Face aux multiples feux de forêts qui ravagent la France actuellement, le gouvernement Macron, encore une fois débordé par les évènements, préfère mobiliser quelques centaines de sapeurs pompiers non vaccinés venant de sept pays européens, plutôt que de réintégrer les 5 000 pompiers français suspendus depuis presqu’un an !

La Macronie éludait la question depuis plusieurs jours !

Beaucoup de médias, notamment CNEWS, demandaient de manière récurrente aux intervenants, si les pompiers venant de sept pays européens en renfort aux sapeurs pompiers français, étaient vaccinés. Tous éludaient la question depuis des jours, certainement gênés par la situation ubuesque.

Depuis le 15 septembre 2021, tous les soignants et les personnels travaillant au contact de personnes vulnérables doivent avoir un schéma vaccinal anti-COVID-19 complet intégrant la dose de rappel qui doit être effectuée 4 mois maximum après le schéma de vaccination initial (référence gouvernementale).

Dans le cas contraire, le salarié est suspendu et n’est, ni payé, ni licencié, ni indemnisé par les allocations chômage, en totale violation des règles édictées par le Code du Travail. Car le Code du Travail prévoit, lorsqu’il y a une modification substantielle du contrat de travail et que l’employé la refuse, l’employeur est obligé de procéder au licenciement du travailleur, lui donnant droit alors aux indemnités de chômage.

Or, à l’instar des 12 000 personnels de santé suspendus, c’est plus de 5 000 sapeurs pompiers français qui sont également suspendus depuis bientôt un an, sans aucun revenu alors que les circonstances actuelles du COVID-19 ne justifient plus du tout ces mesures folles.

Sept états européens mobilisent seulement 361 pompiers sans aucun schéma vaccinal complet

Situation vraiment ubuesque, car le gouvernement Macron préfère mobiliser des sapeurs pompiers européens non vaccinés plutôt que les professionnels du feu français ! Ces pompiers européens venus en renfort devront néanmoins effectuer un test PCR.

Emmanuel Macron et son gouvernement qui nous ont habitué à des mesures complètement dénuées de sens depuis cinq ans, vient d’atteindre un sommet dans l’absurdité. Encore une fois nous assistons au fait du Prince, entêté à un point de ne jamais reconnaître ses innombrables erreurs.

Le gouvernement Macron préfère donc faire venir 361 pompiers européens en payant tous les frais de transports, de logement, de restauration, plutôt que de réintégrer nos 5 000 sapeurs-pompiers nationaux disponibles immédiatement !

Une farce de plus de ces européistes fous

Emmanuel Macron, Ursula Von der Leyen et consorts européistes et mondialistes fous, trahissant la souveraineté de leur Etat et de leur peuple, s’entêtent avec une Union Européenne qui ne fonctionne pas et qui ne fonctionnera jamais. Et ils s’obstinent à nous faire croire à la solidarité européenne en envoyant seulement 361 pompiers venus de 7 pays de l’UE !

Or il y a en France 251 900 sapeurs-pompiers disponibles, répartis de la manière suivante : 41 800 sapeurs-pompiers professionnels (17%), 197 100 sapeurs-pompiers volontaires (78%) et 13.000 militaires (5%).

En conclusion, pourquoi faire venir 361 pompiers européens non vaccinés plutôt que de réintégrer nos 5 000 sapeurs-pompiers suspendus ?

Quelle va être la nature de l’aide réelle apportée par ces 361 pompiers européens non vaccinés face à 251 900 pompiers français ?

Encore une fois, le gouvernement Macron fait de la propagande pour cette Union Européenne en nous faisant croire que seulement 361 pompiers non vaccinés vont apporter une aide substantielle à nos 251 900 pompiers nationaux disponibles. Il serait d’ailleurs opportun de réintégrer très vite les 5 000 suspendus plutôt que de laisser les feux se propager et désintégrer les beaux paysages des Landes et de la Gironde pour des décennies !

Une farce de plus du gouvernement Macron qui devient de plus en plus ridicule et complètement incohérent.

Tags : COVID-19, sapeurs pompiers, non vaccinés, pass sanitaire