Economie

Le FMI réduit sa prévision de croissance mondiale pour 2023 à 2,8% et augmente celle pour 2024

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement révisé à la baisse sa prévision de croissance mondiale pour 2023, mais prévoit une reprise pour 2024. La croissance mondiale est désormais estimée à 2,8% pour 2023, en baisse de 0,1 point par rapport à janvier. Cette révision s’explique principalement par l’inflation persistante, les récents soubresauts du secteur financier et les turbulences financières mondiales.

Malgré ces défis, le FMI prévoit une reprise graduelle de l’économie mondiale, principalement en raison de la réouverture en Chine et de la croissance accélérée de l’Inde. Pour 2024, le FMI maintient sa prévision de croissance mondiale à 3,0%.

Les prévisions de croissance pour les États-Unis sont revues à la hausse pour 2023 (1,6%) et 2024 (1,1%). Pour la France, les prévisions restent inchangées pour 2023 (0,7%), mais diminuent légèrement pour 2024 (1,3%). Malgré une inflation record dans la zone euro, elle pourrait connaître une croissance légèrement meilleure que prévu en 2023 (0,8%), grâce à une croissance plus élevée en Espagne et en Italie. La situation au Royaume-Uni s’améliore également, bien que le pays devrait finir l’année en récession.

La Chine devrait jouer un rôle moteur dans la croissance mondiale en 2023 (5,2%), mais son activité devrait ralentir en 2024 (4,5%). Le FMI se montre prudent face aux signes de faiblesse de l’économie chinoise et aux risques potentiels liés à la guerre et aux prix des matières premières.

La Russie, quant à elle, devrait éviter la récession, avec une croissance de 0,7% en 2023 et de 1,3% en 2024, malgré les sanctions économiques occidentales. Cette performance est principalement due à la demande de matières premières. Toutefois, un durcissement des conditions commerciales pourrait entraîner un déclin significatif des revenus fiscaux et du compte courant, et causer un ralentissement de l’économie russe.

Lire aussi  Les banques en crise : un aperçu des faillites et fragilités du secteur bancaire

Le FMI souligne que la croissance mondiale restera faible à moyen terme, avec une prévision d’environ 3% au cours des cinq prochaines années, la plus faible depuis 1990.

Laisser un commentaire